L'histoire des notes de musique

Par Lauren de Cours de solfège et piano, le 11 juin 2018

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si... Ces sept notes de musique ont marqué notre apprentissage du piano et il ne se passe pas un jour sans que nous ne soyons confrontés à elles sur nos partitions ou sur notre clavier. Mais d'où viennent-elles ? Pourquoi les a-t-on appelées ainsi ? Quelle est leur histoire ? C'est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

 

Un peu d'Histoire: avant les notes, il y avait quoi ?

Avant les notes de musique, il n'existait pas de vrais repères sur la partition, donc pas de quoi reconnaître en un instant la différence entre un Si et un Mi.

On savait, bien évidemment, que les sons étaient différents, que la hauteur variait et qu'un Si était plus haut qu'un Do. Mais on ne les avait, jusqu'alors, que matérialisés sous forme de traits. Aucun nom n'avait été donné à ces différentes hauteurs.

 

Guido d'Arezzo : le fondateur des sept notes

C'est le moine italien Guido d'Arezzo qui, au XIe siècle, a l'idée de donner des noms spécifiques aux différentes hauteurs que l'on chante. Il serait plus facile pour le clergé de se repérer et de savoir quelle hauteur jouer à un moment donné.

 

L'Hymne à Saint Jean-Baptiste

Pourquoi le moine Guido d'Arezzo a-t-il choisi d'appeler les notes Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La et Si, et non Lo, Sé, Vi, Ma, Dol, Na et Pi?

C'est que le nom de ces sept notes n'est pas dû au hasard. Toutes proviennent d'un chant grégorien connu du clergé au Moyen-Âge : il s'agit de l'Hymne à Saint Jean-Baptiste. Les notes de ce chant étaient présentées sous forme de petits carrés.

 

Voici le chant en question: “Utqueant laxis, Resonare fibris, Mira gestorum, Famuli tuorum, Solve polluti, Labii reatum, Sancte Joannes”.

 

 

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si: pourquoi?

Guido d'Arezzo a eu l'idée de préserver le début de chaque mot du chant pour en faire un nom de notes. C'est ainsi que les sept notes reprennent les abréviations des 7 expressions suivantes:

  1. Ut pour Utqueant laxis
  2. Ré pour Resonare fibris
  3. Mi pour Mira gestorum
  4. Fa pour Famuli tuorum
  5. Sol pour Solve polluti
  6. La pour Labii reatum... et le Si?
  7. Si pour Sancte Joannes?

En réalité, les notes de musique Do et Si ont été nommées ainsi bien plus tard. Ce n'est donc pas Guido d'Arezzo qui est à l'origine du nom de ces deux notes. On lui doit seulement le Ut qui est l'ancienne appelation du Do.

 

Le Do et le Si: deux notes particulières

Si vous avez bien suivi, le Do n'existait pas dans le chant grégorien d'origine. Il s'agissait d'une autre note : le Ut de "Utqueant laxis". Ce Ut a donné la clé d'Ut, utilisée par d'autres instrumentistes, tels que les violonistes ou les guitaristes dans leurs partitions.

 

La clé d'ut ou la note Ut n'existe pas au piano. Elle est remplacée par la note Do au sous l'impulsion du compositeur italien Giovanni Bononcini en 1673.

 

La note Si, quant à elle, provient du "Sancte Joannes" mais n'est appelé comme cela que depuis le XVIe siècle. Le SI est la fusion de l'initiale Sancte et Joannes, que l'on écrit aussi Ioannes : d'où le SI. Cette note a été mise en place peu de temps avant Bononcini, grâce au moine Anselme de Flandres.

 

 

Merci à Lauren pour son article.

Vous retrouvez-là sur son site Internet ou sa chaîne YouTube!

Commentaires: 0