Le pédalier

Les autres pédales

Leçon D - Par Grégory Widmer

Un pédalier de piano est en général composé de trois pédales. Nous avons déjà traité la pédale forte, celle de droite, nous allons donc voir les deux autres pédales.

 

La pédale douce :

Cette pédale est située à gauche du pédalier. Son effet varie suivant le type de piano. Pour les pianos à queue, son usage décale le clavier de quelques millimètres de sorte que les marteaux ne puissent frapper que deux des trois cordes allouées à chacun d’eux. Pour les pianos droits, son usage entraîne un rapprochement des marteaux des cordes.

 

Ces deux mécanismes ont pour effet de diminuer le volume sonore et de légèrement modifier le timbre de l’instrument.

 

La pédale centrale :

Cette pédale diffère suivant les pianos. Il s’agit parfois d’une sourdine, qui, une fois activée, réduit le volume sonore produit par les marteaux en frappant les cordes. Cette fonction peut s’avérer très pratique pour ne pas déranger un éventuel voisinage.

La pédale centrale peut également faire office de pédale de sostenuto. Sa fonction est représentée par le schéma ci-dessous :

 

Pédale de sustenuto (centrale) Pédale forte (sustain, à droite)

 

La barre rouge représente l’enfoncement de la pédale. Contrairement à la pédale forte, qui prolonge le son des notes jouées après l’enfoncement de la pédale, la pédale de sustenuto ne retient que les notes jouées pendant l’enfoncement de la pédale. Il est donc possible de maintenir une basse et/ou un accord tout en continuant à jouer des notes simples (non retenues).

 

Remarque : rappelons que la pédale forte est très utilisée, et que l’usage des autres pédales n’est qu’exceptionnel.

 

Fin de la leçon